Une petite ride d'enduro au Panama?

par Isa More
dans Nouvelles

En voyant les photos de nos pilotes FMSQ, comme Jean-derek Côté ou Frédéric Blouin, rouler sur les trails panaméennes, cela m'a donné envie d'en savoir plus sur l'aventure Enduro Ride Panama...

Steve Houde, présentes-nous ta compagnie et quel est le genre de services que tu offres?
Enduro Ride Panama est une petite entreprise qui organise des semaines tout inclus de moto enduro en Amérique centrale, et plus particulièrement au Panama. On est situés au centre, entre deux assez grosses villes soit: Penonomé et Santiago, Santiago étant la deuxième plus grosse ville du Panama après Panama city. C'est un lieu tout à fait sécuritaire. J’offre deux options de logement, soit une intégration à la ferme, soit un séjour à l’hôtel, ce qui est nouveau cette année. Bref, plusieurs combinaisons sont possibles pour des vacances moto. D’abord, cette expérience est pensée pour des niveaux intermédiaire, avancé et de type ‘’hard enduro’’, avec des bijoux de trails qui sont majoritairement en montagne dans la cordillière. J'offre des forfaits de cinq jours motos, 4-1 soit 4 jours moto+1 journée de tourisme, visite du canal, souper gastronomique, sortie ‘’roof top’’ dans la capitale. Forfait 3-2 soit 3 jours motos et 2 jours tourisme tel : pêche, surf, plongée en apnée, plage, bref la liste est longue. Le 3-2 est approprié pour un groupe de filles. J’offre une semaine de couple aussi, semainr privée. Faut voir mon site enduroridepanama.com, vous trouverez les rabais, les modes de paiements et unefoule d’informations. Voir les galeries photos, le vidéo calendrier. Le site est complet. Puis, c’est facile de parler avec moi.

Parles-nous un peu du Panama...
Le Panama se situe entre le Costa Rica et la Colombie. Il est notamment reconnu pour son canal, sa flore et sa faune. Pays où l'on est libre de rouler. Les plages du Pacifique et des Caraïbes sont très belles. La population est très accueillante, pacifique et pour la plupart très heureux de nous voir. Les paysages sont à couper le souffle comme le démontre les galeries photos de mon site. De décembre à avril, c’est l’été, donc pas de pluie.

Comment et quand t'es venu cette idée de vivre de ta passion?
Je suis établie au Panama depuis 2009. Je voyais tous ces bijoux de paysage et comme amant de la nature et d'enduro, je me disais qu’il devait certainement y avoir des sentiers pour rouler. J’ai donc envoyé mon vieux wr 450 au Panama sur une palette par bateau. Et je me suis mis à explorer principalement seul parce que le sport enduro n’est pas encore très développé. J’ai commencé à mettre certaines photos sur Facebook et cela m'a surpris de voir comment la réaction des gens était favorable. Je me suis alors dit que je ne pouvais pas être le seul à vivre une telle beauté. J’ai décidé d’acheter 5 autres motos, de les envoyer au Panama et de créer ERP. En 2016-17, je me suis fait une page FB. J’ai ramassé des membres. Dans mon calendrier, j’avais une possibilité de 24 pilotes et j’en ai eu 21. En 2017-18, j’ai eu des pilotes de l’Europe, notamment de la Belgique, ce qui m’a permis de me connecter avec des groupe d’enduro de l’Europe. Je suis aussi connecté avec les USA.

Sahito, c'est ton partner là-bas? Comment vous êtes-vous trouvés?
Sahito est le fils de mon associé de la ferme. Il est mon frère de 26 ans panaméen. Je savais que ce type avait un talent naturel pour le pilotage. Je lui ai donné mon wr450 pour le casser comment il faut lol. Il est mon padawan! Je lui enseigne le respect des gens, de la nature et l’amour pour l’enduro. Je l’ai formé intensivement pour le préparer à être second guide. J’ai inventé un système de niveaux de difficulté des trails. Basé pratiquement sur La Doré. Depuis le début, il est avec moi dans le projet. Il est mon bras droit. Il est très bon pour trouver des trails. Et il est attentionné avec les pilotes aussi. Les filles l’aiment bien!

Tu m'as dit que l'année prochaine, ce sera le ''next level''. Explique-nous un peu tes nouveaux projets...
Cette année, ce que j’ai de nouveau, c’est évidemment des nouvelles trails, des super single tracks, que même les plus anciens ne connaissent pas. Des fois, je baptise mes trails au nom de certains clients. La Chris extended ou la Olivier que je dois compléter. J'ai aussi un événement spécial: un raid de 2 jours qui s’appelle Ocean to Ocean. Un forfait Hôtel, une cuisine avec un menu de qualité. Des nouvelles combinaisons de forfaits adaptés aux désirs des pilotes. Il est important de dire que je parle 3 langues et Sahito 2. Pour l’an prochain, j’ai d’autres projets, notamment une piscine et peut-être un forfait famille.

Comment as-tu connu le Panama, et pourquoi pas, par exemple, parcourir le Costa Rica (rires)?
(Rires) Bon, je ne peux pas vivre l’hiver au Québec premièrement. En 2008, je cherchais à m’établir en Amérique Centrale. Je suis venu au Panama et je suis tombé en amour. J’ai commencé mon projet de ferme. Voilà, pas plus compliqué. Je me sens bien ici c’est tout. Mais moi je suis bien partout, je suis fait comme ça.

N'y a t'il pas de dangers de rouler là-bas?
Tu sais, du danger il peut y en avoir partout. C’est d’ailleurs ma principale préoccupation. Procurer du plaisir en étant sécuritaire. Je suis très attentif aux pilotes tant qu’à leur façon de s’adapter aux conditions tout au long de leurs 5 jours. Je ne leur dit pas, mais je choisis les trials en fonction de leur état. Fatigue, peur etc. Ce n'est pas tout le monde qui est capable de rouler 5 jours en file. Donc je varie la difficulté, la longueur et le temps des trails. Si on parles de bibites…, il n’y a pas plus de chance de rencontrer un serpent ici que de rencontrer un chevreuil ou un ours au Québec. Je n’ai pas peur de le dire et de le rappeler. On roule un cran en bas point final. Pas trop de brosse non plus, bien que le frigo est plein de ce qu’il faut pour se rafraîchir. De toute façon, tu ne veux pas rouler ‘’hang over’’, sinon tu vas trouver la ‘’run longue’’, on arrive brûlés net. Puis moi, je dois faire attention. J’ai du monde sous ma responsabilité. La première année, j’ai roulé 35 jours presque consécutifs… Je te jure que je me suis organisé mieux l’année d'après. Pour le moment, à part un pilote qui s’était déshydraté, il n’est rien arrivé. 

Quelles sont les plus grandes beautés que l'on y trouve sur les trails?
La variété du terrain est très impressionnante. De la forêt tropicale aux forêts de pins, en passant par des ruisseaux, des rivières où l'on peut se baigner, la montagne ou le climat est plus frais, des single tracks où seulement des gens à pied ou à cheval peuvent passer. Des villages et des maisons dans des endroits que l'on imagine même pas. Des montagnes, des chutes, des animaux...

Qu'est-ce que tes clients pilotes te disent à la fin de leur expérience?
Malade! Je ne veux pas partir, je veux revenir l’an prochain. Je veux rester 2 semaines. Les trails sont malades! Houde, tu nous surprends tous les jours.

Faut-il être un expert en enduro pour pouvoir vous suivre là-bas?
ERP n’est pas une école pour débutants. Ceci-dit, expert pas du tout. Intermédiaire avec un minimum de condition physique. Quand je fais l’entrevue avec les gens, j’essaie de cerner leur niveau. Je leur demande d’être honnête avec eux-mêmes. Se retrouver dans un mauvais groupe, ce n’est pas le fun pour l’individu, ni pour les autres du groupe. J’ai des trails pour les filles aussi et des trails plus roulantes avec du kilométrage. Moi, j’évite le mot extrême et j’hésite à utiliser Hard enduro. Je défini trois catégories: Intermédiaire, avancé et hard enduro. J’ai une parole qui est la suivante: 'Peu importe ton niveau, le but de l’expérience est le même, c’est de vivre sa passion à travers le jeu''.

Tu as un site enduroridepanama.com, qu'est-ce qu'on peut y trouver?
Les combinaisons de forfaits, les prix, les modes de paiement. Le calendrier, des photos des vidéos, le menu, les indispensables.

Si je suis une conjointe (ou vice-versa) qui ne roule pas, y'a t'il moyen de suivre mon fou/ma folle d'aventures motorisées ou pas?
Pour le moment, non. Je ne prends encore les familles en charge. Premièrement, je n’ai pas la place pour loger autant de personnes. Et deux, je n’ai pas d’organisation pour ça. Mais comme on le sait, Panama a beaucoup d’hôtels qui sont proches de nous. Alors disons qu'une famille qui aurait 1 semaine à Decameron, pour ne nommer que celle-là, où le papa voudrait faire une journée ou deux de moto. J’ai un forfait journalier pour ça. donc papa pourrait retourner voir sa famille après sa journée de moto. Il y un peu de logistique mais tout s’arrange. Le secret, c’est de planifier en avance. Les modes de paiements sont faciles et flexibles. Il n’y a pas de raison de s'y prendre à la dernière minute.

Quelles motos offrez-vous comme montures?
100% 2 temps, des KTM, Husaberg, Husqvarna, des 250 et 300. La raison est simple, c’est pour l’entretien et aussi, souvent on passe dans l’eau. Plus légers pour les filles. Je mets l’emphase sur l’entretien pour que les motos soient sécuritaires et ajustées au goût des pilotes. Faut pas se le cacher, avec 5 jours d’enduro, il faut s’attendre à ‘’wrencher’’ un peu. Je compte sur la coopération des gens.

Profitez-vous du Panama pour accéder à la culture de l'Amérique Centrale et à un peu d'histoire du pays?
Oui, c’est un incontournable. Dans les hôtels, on ne voit pas comment le peuple vit. Avec moi, oui. Je te raconte des histoires, je te présente des gens du peuple, je te fais goûter de la nourriture, je t’amène dans des partys familiaux. On joue aux dominos avec mes employés, on danse avec des amis (es). On écoute de la musique du Panama. En une semaine, je te remplis d’images, d’histoire, d’expériences de vie. IMMERSION TOTALE. Il y a pas d’autre mot. Tu dors dans mon rancho, mais si tu veux, tu chilles dans un hamac. Tu es chez vous!

Et sinon, as-tu eu parfois des pilotes locaux?
Aucun. Mon projet n’est pas pour les locaux. J’ai organisé une randonnée pour eux mais ils ne font pas de trail ride comme nous. J’ai quelques amis qui viennent pour de l’enseignement technique. Par contre, il y a un petit organisme qui ressemble à la FMSQ et ils organisent des événements. Il est arrivé que j’ai accompagné des clients à une de leur compétition. Cette année, ils m’ont demandé d’évaluer la trail qui va au volcan Baru. Pour terminer, je dirais que cette expérience ERP, bien que ça coûte un peu d’argent, est pour moi une façon de vivre ma mission de vie: partager une passion, donner la chance à quelques privilégiés de vivre une expérience unique dans un encadrement chaleureux. Je te reçois dans ma maison et je te montre ce que connais de plus beau. On pousse ses limites jusqu’où c'est permis de le faire. Je veux que tu sois content de venir et je veux que tu repartes avec un sourire. On tisse des liens car ces aventures journalières permettent de s’unir. Ce qui donne un sens à la dépense. Pas vrai? Visitez mon site et vous allez comprendre!

Merci Steve!
Merci pour cette entrevue. J’espère vous voir prochainement!