Nos championnes 2016: Mélissa Meilleur chez les Dame Moto

par Isa More
dans Profils de pilotes

Monter sur la plus haute marche du podium, c'était comment le feeling pour toi au banquet?
Gratifiant! L'aboutissement de toute une saison bien remplie en émotions. C'est là que j'ai réalisé que chacun des mes efforts en ont valu la peine, que je n'ai pas stressé comme une malade sur chacune des lignes de départ pour rien! C'est un bel accomplissement personnel.

Quels sacrifices personnels as-tu dû faire pour en arriver-là?
Pour ma part, je ne peux pas parler de sacrifices. La moto a toujours été un loisir et je pratique ce sport dans l'optique d'avoir du plaisir. Bref, toutes les belles fins de semaine de courses et les petites rides entre amis sont mes plus grands sacrifices!

Qu'est-ce que le motocross a changé dans ta vie?
La liberté ! La moto me permet de m'évader. Ce moment où je me retrouve seule avec moi-même sur ma moto et que j'oublie tout le reste! C'est pour ces moments de plénitude que j'adore ce sport.

Qui t'influence le plus dans ta pratique?
Ma family rider. Comme on dit, j'ai appris la moto sur le tas. C'est grâce à chacun de leurs conseils et leurs encouragements que j'ai remporté ce championnat cette saison. Mes parents, mon frère, ma belle-soeur et tous les membres de la family rider ont su me motiver et me pousser à être meilleure à chacune de mes courses et je leur dois un énorme MERCI pour ça !

Pourquoi l'endurocross et pas un autre sport?
Pour les differents défis que l'endurocross apporte à chaque fois qu'on monte sur notre moto. L'endurocross est très technique et demande un bon sens de l'analyse. C'est toujours stimulant de se questionner à savoir comment je vais réussir le prochain obstacle, comment je vais franchir la prochaine racine qui se mettra en travers de mon chemin, comment je vais contourner le prochain caillou qui attend juste de me faire chuter. Bref, il n'y a jamais aucune ride ou course de similaire en endurocross et c'est ce qui rend ce sport attrayant à mes yeux.

Être une femme dans un sport d'hommes, ça change quoi?
Ça ne change absolument rien ! Il n'y a pas de sport d'hommes ou de femmes selon moi. Quand tu aimes un sport, tu le pratiques tout simplement. Je trouve admirable de voir qu'autant de femmes se taillent une place dans ce sport et c'est ce qui me motive à faire ma place parmi ces dernières.

Marie-Ève Gagnon et Ellie Caron se sont bien battues contre toi, comment se passe la compétition sur la track et hors track avec les girls?
Oui, ça a été toute une compétition avec Marie-Ève et Ellie cette saison. Elles ont été des compétitrices hors pair et de voir qu'on devait lutter l'une contre l'autre pour le championnat à chacune des courses m'a forcé à me surpasser et quelques fois à dépasser mes limites! On a eu une belle complicité cette saison et je les remercie pour les beaux moments de stress et de plaisir qu'elles m'ont fait vivre !

Dame Inter en 2017, stressant ou pas pour toi?
Oui, je stresse ma vie ! Ce sera une saison d'adaptation pour moi. Je vais avoir besoin de beaucoup d'encouragements de mes proches pour passer à travers ce nouveau défi: une nouvelle piste plus difficile, plus technique et plus longue, ça me fait peur. Par contre, j'ai hâte de pouvoir rouler avec mon frère qui course amateur et avec mon père en 50+. Ce sera une belle sortie de famille!

Ta pire course en 2016?
Comme la plupart des coureurs, je crois que Ferme-Neuve m'a donné bien du fil à retordre ! Disons que j'ai pris un bon bain de bouette! Ça m'a pris bien des tapes dans le dos pour ne pas abandonner, mais mes efforts ont porté fruit et je suis fière de ce que j'ai accompli.

Ta track préférée et pourquoi?
J'ai adoré la track de Saint-Michel-des-Saints. Je me sentais vraiement dans mon élément tout au long de la course. C'est la seule course de la saison où j'ai été constante tour après tour.

Si on pouvait te résumer en une seule phrase?
Un mystère entêté !

En 2017, quelles sont tes résolutions?
Est-ce le moment d'avouer mon petit côté paresseux...? Ma principale résolution sera de mettre de côté ma paresse et de commencer à m'entrainer et à pratiquer comme devrait le faire une enduriste!

Merci Mélissa!
Merci à toute l'équipe de la FMSQ de nous permettre de vivre notre passion et tous ces beaux moments!