Nos champions 2016: Renaud Fortin chez les Senior VTT

par Isa More
dans Profils de pilotes

Rouler contre Jean-Philippe Beaupré et Patrick Bonin, est-ce un sacré challenge?
Oui, c’était un très bon challenge. Rouler avec des bons pilotes de calibre équivalent au mien était un gros défi personnel pour surpasser mes propres limites. Jamais de place à l’erreur car les deux gars étaient mes cibles à abattre et cela m'a donné un bon stress à gérer. C’était aussi un grand plaisir de rouler avec des gars respectueux et rapides, avec de l’expérience. Une super source de motivation et d’adrénaline.

Quel est ton meilleur souvenir de la saison 2016?
C’est vraiment difficile d’en choisir juste un. Mon début de saison était explosif. Gros stress toute la saison pour garder la première place au championnat. Si je dois choisir, je dirais la dernière course à Ferme-Neuve. De très dures conditions de piste, garder le focus et aller chercher le maximum de points pour assurer la première place au championnat. Arrivé à la fin de la course, voir les résultats et savoir que j’avais la première place, WOW, c’était le meilleur feeling!

Quelle est la course à oublier pour toujours de la saison 2016?
Sans aucun doute celle de La Tuque du 16 juillet. Je dominais la course, mais ça s’est gâché après environ une heure, j’ai percuté un arbre et je ne l’ai pas manqué!
Le quad continue en ligne droite bloquant la piste. Je perds quelques positions, mais je réussis à reprendre la première place, mais deux courbes avant la fin de la course, je tombe deuxième, la douleur trop forte, Patrick Bonin en profite pour me dépasser. J’étais furieux de perdre la victoire, mais vraiment satisfait d’avoir donné mon best, d’avoir enduré la douleur pour finir la course.

2016 a été marquée par de grandes tragédies, dont la perte de ton ami Jimmy Rotondo, était-ce émotif de prendre les départs sans lui, comment on ravale sa peine pour trouver de la motivation à courser?
J’étais très proche de Jimmy. Il était toujours là pour m’aider et le premier à embarquer dans mes conneries.
J’ai débuté la saison à Sainte-Véronique avec une salopette brune en l’honneur du #555. Jimmy trouvait ça ben drôle de courser en salopette de temps en temps, question de faire rire et sortir de l’ordinaire. J’étais tellement fier d’avoir gagné la course, mais bordel qu’il faisait chaud dans ce linge-là (rires). Je garde tellement de bons souvenirs, mais je ne crois pas avoir vraiment ravalé cette douleur et cette peine encore aujourd’hui. Il me manque beaucoup. Je porte son numéro sur mon camion et sur mon quad en son honneur.

ROTONDOFORTIN

Quel genre de sacrifices cela prend pour être sur un podium à la FMSQ?
En plus de gérer ma compagnie, tout mon peu de temps de libre est consacré à m’entrainer durant l’hiver pour être prêt. Quand les courses commencent, alors là c’est de préparer la machine, organiser ma remorque de semaine en semaine, mais le plus grand sacrifice, c’est le peu de temps à consacrer à ma copine, à mes filles et à mes amis proches.

As-tu un programme spécial d'athlète (alimentation, entraînement)?
Je n’ai aucun programme spécial. Je n’ai pas le temps (rires). L’été, j’ai un horaire de fou avec ma job, j’ai rarement le temps d’aller rouler et de pratiquer. En 2016, j’ai déménagé, bâti mon garage, rénové la maison. C’était un gros défi de partager mon temps et en plus mettre en priorité mes filles et ma copine.

Y'a t'il quelqu'un avec qui tu courses qui est ton grand ami hors track mais qui devient ta cible à atteindre dans le bois (rires)?
Oui, j’habite avec Mickael Champagne Bélisle #818. Lui, il roule Inter et moi Sénior, donc son départ était toujours une minute avant le mien. Je lui lançais à toutes les courses le défi de rester en avant et de pousser pour ne pas que je le dépasse. Ça a été notre défi tout le long de la saison. Bien sur quand je le dépassais, je lui criais: ''Enweille pousse le jeune''!!! J’apprécie tellement toute son aide avec la mécanique sur mon quad et sur ma remorque.

BELISLECHAMPAGNE2016

Comment réagis-tu aux coupures des tracks de la région pour vos pratiques?
Ça me déçoit beaucoup. J’habite à Mascouche et il y a deux circuits très près de chez moi: St-Roch et XTown à Mirabel. Les deux ont banni les quads en tout temps sur leurs circuits. C’est pour cette raison que j’ai décidé en 2016 de m’acheter un motocross pour pouvoir au moins aller rouler chez eux près de chez moi.

Plein de quadistes se mettent à la moto depuis peu, suivras-tu le mouvement aussi?
Non, jamais! La moto, c’est pour m’amuser de temps en temps. Je roule en quad depuis mon jeune âge et ça restera toujours le sport au sommet de ma liste. J’ai deux quads et une moto. La moto sera toujours mon dernier choix pour aller rouler, pauvre petite (rires)!.

Ton héros québécois et ton héros international en quad, quels sont-ils?
Plus jeune, j’admirais le style et le talent de Jasmin Plante. Je suivais la série CMRC et je prenais le temps de regarder les pros et d'étudier leurs techniques. À l’international, je dirais John Nathalie. Son talent incroyable et son style fluide faisaient en sorte que ça avait l’air si facile et sans efforts. Sans oublier bien sûr son magnifique Honda rouge (rires)!

 Avant une course, comment tu deales avec le stress?
Pour être franc, j’ai vraiment de la difficulté à gérer mon stress avant une course. Je pense à mon père qui me disais: ''Ne pense à rien, ferme les yeux et prends de grandes respirations''. Je me concentre tout simplement pour ralentir mon rythme cardiaque. Je prends une minute ou deux avant le départ pour visualiser le parcours, oublier tout le reste et mettre mon focus et mon énergie sur le deux heures intenses que j’ai à faire.

Quelle est la première chose que tu fais en finissant une course?
Ça me fait sourire cette question. Étant nouvellement amoureux, je sautais sur mon téléphone pour envoyer les résultats à ma copine et ensuite mes parents (si ils n’étaient pas présents pour la course). Après ça, me nettoyer la bouette dans la face et rejoindre les autres pour discuter de la course avec une bonne bière!!

Les meilleurs endroits pour se pratiquer dans ta région sont lesquels?
Dans ma région, je n’ai pas d’endroit proche pour pratiquer le quad. Par contre, j’adore prendre ma moto et aller rider XTown avec des amis.

Qu'est-ce qui fait gagner? La constance? L'agressivité? La ''luck''? Le malheur des autres?
La persévérance, le désir et le besoin de donner le meilleur de soi-même. Savoir gérer le parcours et son énergie est selon moi la clé pour obtenir de bons résultats. Je suis très agressif quand la course débute. Un prédateur prêt à tout pour avoir la première place. Je respecte beaucoup mes adversaires. Prendre des risques stupides et risquer des blessures ne sont pas dans ma façon de faire. La patience et savoir profiter des occasions sont bien plus gratifiantes. Avec les années, les gaffes, les chutes, et les blessures m'ont donnés aujourd’hui la maturité et l’expérience aux courses; ça m’aide beaucoup dans mes performances. Je ne crois pas au malheur des autres. La puissance des efforts, la concentration et se pousser soi-même apportent de meilleurs résultats.

DÉPARTVTT

Vois-tu le jour ou tu arrêteras de rouler?
Non, jamais!! J’adore ce sport. Aucune autre activité ne m’offre ce rush d’adrénaline. Mon défi personnel, me construire mon quad de rêves pour courser. Un hybride, châssis TRX 450R avec un moteur CR500.

Mot de la fin?
Pour moi, c’est bien plus que de simples courses. Aller rejoindre des amis, faire du camping, sentir l’odeur du gros gaz, s’aider et se supporter avant les courses. La camaraderie est super. L’organisation de la FMSQ nous offre de beaux circuits. Un gros merci à ma copine Magali de m’avoir motivé et pris soin de mes blessures et à ma famille et mes amis pour le support. Hâte de vivre la saison 2017. Je reviens en force avec le #8!!! Watch out, ça ne sera pas Tranquille! Merci!!!!

Merci Renaud!