Véronique Pellerin-Chainé: championne Dame Experte 2017!

par Isa More
dans Profils de pilotes

Véronique Pellerin-Chaîné, voilà la saison 2017 terminée et tu as un championnat comme grande gagnante chez les femmes expertes dans ta poche, comment tu te sens?
Je suis satisfaite de ma saison. Je suis restée constante tout au long de la saison. Par contre, il manquait un gros morceau dans notre classe cette année. J’aurais aimé rouler avec Félicia, mais on n’a pas le contrôle sur les blessures.

19243162_890801447739753_4407586320783298419_o.jpg

Les Chaîné brillent cette année chez les pros, j’essaie de vous imaginer plus petits dans les bois de la ferme familiale, avec vos petites motos. Raconte-nous comment était votre enfance?
Tout ce dont je me souviens, c’est d’avoir roulé autour des bâtiments de la ferme et d’avoir roulé avec ma grande sœur Bibiane.

22728978_1729275017103656_5771726067122537431_n.jpg

Cette année, peu de femmes expertes étaient sur la ligne de départ, à cause de blessures des unes ou des aléas de la vie des autres, mais on a eu la chance d’avoir Catherine Desrochers et Christine Lessard pour te tenir tête avec ta soeur. Qui a eu le plus de holeshots parmi les girls?
Je n’ai pas fait le décompte des holeshots, mais ce n’est certainement pas moi qui ai eu le meilleur dans ce département.

Si l’année prochaine, une coupe de dames inter embarquent dans la catégorie expertes, comme Karine Belisle ou les sœurs Libersan et que le départ se passe à onze heures tel que proposé dans les nouveaux règlements, la catégorie va probablement gagner en visibilité. Qu’en penses-tu?
Pour ma part, je ne suis pas emballée à l’idée de déplacer la classe dames expertes le matin. J’aime bien rouler l’après-midi avec les plus rapides et je compte bien prendre le départ de l’après-midi.

Pour être championne, as-tu un plan pour la nutrition, pour l’entraînement musculaire et pour l’endurance? Combien d’heures de moto fais-tu par semaine?
Je n’ai pas un régime spécifique, par contre lors des fins de semaine de course, je m’alimente avec des aliments spécifiques qui me permettent de me sentir bien pendant la course. Cela fait maintenant trois ans que je m’entraine constamment. Mon entrainement est varié afin de ne pas tomber dans la redondance. Depuis l’an passé, je vais au centre d’entrainement La Taule à Waterloo. Le coach Yan me fait des programmes variés qui rendent l’entrainement amusant tout en étant efficace. J’ai aussi la chance de m’entrainer avec Gabrielle David. Elle est vraiment un modèle et une référence pour moi dans le domaine de l’entrainement physique. Pour l’entrainement moto, j’essaie de rouler le plus possible entre les courses, mais généralement, je roule une fois la semaine et une fois la fin de semaine.

19944228_10155503957514320_8703423226910601435_o.jpg

Ta sœur Rebecca nous avait confié que tu fais beaucoup d’autres sports que la moto toute l’année. Qu’est-ce qui fait que tu choisis un sport plus qu’un autre pour le pousser au niveau d’un championnat?
Chez nous on aime la moto, c’était un choix naturel. De plus, mon conjoint partage la même passion que moi, ce qui facilite encore plus les choses.

20121351_10155538556859320_5278605874764303023_o.jpg

Parles-nous de ton Yamaha, ce que tu aimes le plus dans sa conduite?
Cette moto est simplement incroyable, ce qui la démarque le plus des autres est le châssis et les suspensions. Elle est très stable tout en étant agile. De toutes les motos que j’ai eues, elle est de loin ma préférée.

Fais-tu ta mécanique par toi-même
Oui, je fais la grande majorité de ma mécanique, lorsque ça devient trop compliqué, je peux toujours compter sur mon chum.

Pour 2018, auras-tu le même bike?
Pour 2018, j’ai décidé de changer de moto, je vais rouler avec un autre modèle de Yamaha, un WR 250 F

20157967_10212731891428208_879270149217899541_o.jpg

Est-ce que ton frère Philippe Chaîné te donne des secrets de pilotage (rires)? Parlez-vous d’autres choses que de la moto dans la famille Chaîné (rires)?
(Rires). Oui, on parle de moto, mais on parle aussi d’autres choses. Les principaux sujets tournent autour du sport en général.

Tu as étudié en ébénisterie, donc tu es autant sportive qu’habile avec tes mains?
Oui, j’ai étudié en ébénisterie, mais je n’ai pas pratiqué ce métier. Je me suis réorientée en pâtisserie. J’adore les desserts et la décoration de ceux-ci permet de développer mon côté artistique.

Cet hiver, as-tu des projets d’entraînement dans le Sud? Sur quelle technique de pilotage devrais-tu travailler un peu plus?
Ma vie n’est plus centrée sur la moto. Malheureusement, mes obligations ne me permettent pas d’aller dans le sud l’hiver. La technique de pilotage sur laquelle je travaille le plus est: freiner le plus tard possible et accélérer le plus tôt possible.

Si tu pouvais demain matin aller rouler où tu veux demain matin, avec tous les moyens nécessaires, quelle serait ta destination?
1100 rang Desharnais, Chesterville, Québec, Canada.

Merci Véro!

Crédit photos: Marc Poudenx, famille Pellerin-Chaîné, Allyson Lebel.