Karine Bélisle: sa première année chez les pros.

par Isa More
dans Profils de pilotes

À la FMSQ, on a des super mamans qui sont aussi des athlètes qui évoluent très bien au niveau de l'association et qui performent incroyablement bien, malgré toutes leurs responsabilités familiales. 
Dans notre nouvelle série LES SUPERMOMS DE LA FMSQ, voici la pro rider Karine Bélisle:

Karine Bélisle, je voulais revenir sur ta première année chez les femmes pros cette année. Premièrement, j'aimerai souligner ton courage de te frotter à des « vieilles » de la catégorie comme Lachapelle ou les sisters Pellerin-Chainé. Comment tu t’en sors comme 'rookie' chez les pros?
Je suis vraiment contente d’avoir la chance de rouler avec ces filles-là. Elles ont beaucoup d’expérience et un talent incroyable. Jamais je n’aurais cru un jour prendre le départ avec l’une d’entre elles. J’ai toujours participé aux courses de la FMSQ pour le plaisir de rouler. J’ai commencé très tard, mais de fil en aiguille, j’ai monté les catégories une à une. Cette année sera une année de défis personnels et je compte apprendre et m’améliorer le plus possible.

35628811_10160448201600246_267645869212303360_n.jpg

Est-ce que l’adrénaline au départ est plus forte du coup?
Oui, ça met vraiment de la pression de partir sur la première ligne , mais en même temps, c’est vraiment stimulant d’essayer de te sauver le plus rapidement possible avant que le troupeau n'arrive (rires)!

33338878_10160348001980246_2347947733257551872_n.jpg

La FMSQ a déplacé la course des expertes à 10 heures le samedi pour donner plus de visibilité aux femmes pilotes, avec un départ en première ligne. Que penses-tu de ce changement? 
Je trouve ça vraiment bien. Nous sommes une belle petite ligne cette année et je suis convaincu qu’avec ce changement, il y aura de plus en plus de filles qui vont venir se joindrent à nous et en plus pour celles dont leur copain roule l’après-midi, ça permet d’être quand même présente pour eux aux puits.

Comment pourrait-on donner encore plus de visibilité aux expertes?
Sincèrement, je trouve que la FMSQ fait une belle job à ce niveau avec l’annonce des pilotes aux départs, le départ en première ligne l’avant midi, le podium immédiatement après la course, la bourse pour le holeshot et les commanditaires etc... C’est génial!

36786387_10160510669380246_3231951783454572544_n.jpg

Tu es également maman d’un petit pilote d'endurocross: Léo Quevillon. Comment concilier vos deux stress, vos deux départs?
La vérité, c’est que j’en oublie ma propre course et mon propre stress. La course de Léo me fait vivre beaucoup de stress dans mon cœur de maman. Je dis toujours que ma course commence à 6:30 le matin. Je ressens tout son stress à lui, je suis incapable de ne pas aller le suivre dans le bois. À son arrivée, c’est moi qui dois aller prendre le départ. D’ailleurs, c’est pour cette raison que je suis toujours la dernière arrivée sur la ligne (rires). Je tiens à être présente à son arrivée pour le féliciter et voir ses yeux remplis d’émotions.

36765336_10160510669465246_7665779168885342208_n.jpg

Tu fais partie des super mamans qui n’ont pas mis une croix sur leur passion de femme tout en étant très présente pour leurs petits comme mère. Quelles sont les plus grandes difficultés en terme d’organisation? 
Pour moi, c’est important de vivre et de profiter de la vie et je tiens à le faire avec mes enfants. Le plus difficile, c’est le manque de temps dans une semaine, mais j’essaie d’amener Léo pratiquer une fois par semaine. Par contre, je suis incapable de pratiquer en même temps que lui. Je n’arrive pas à focuser sur ma pratique, je ne fais que penser à l’aider et à s’améliorer. Je roule derrière lui donc je ne pratique pas comme je le souhaiterais.

34504469_10160394534520246_3079805281413103616_o (1).jpg

Ton chum Jérémie Daudelin est un pro rider également dans la FMSQ. Parlez-vous de motocross aux repas et aux couchers (rires)?
La moto fait partie intégrante de notre vie, alors on parle de moto pas mal tout le temps.

35646200_10160448270160246_4680811511306780672_n.jpg

Quel est le meilleur conseil que Jérémie t’aie jamais donné?
Jérémy m’a donné plusieurs conseils techniques précieux mais la meilleure chose qu'il m’a donné, c’est la confiance en moi. Il a toujours cru en moi plus que moi-même. Si j’ai monté de catégorie en catégorie dans les trois dernières années, c’est grâce à ça. De croire en soi et de se faire confiance, on peut tous réussir, il suffit d’essayer (rires).

33194643_10160343126290246_3333437011640975360_n.jpg

Et toi, qu’est ce que tu dis le plus souvent à tes deux enfants comme leçon de vie à prendre dans ce sport?
(Rires) Je dis souvent à mes enfants que la course c’est un peu comme la vie, il ne faut jamais abandonner. Il faut apprendre à vivre avec les obstacles et ses propres capacités et que peu importe ce qui arrive, s’ils donnent le meilleur de ce dont iils sont capables, ils seront toujours fiers de leurs accomplissements.

35659946_10160448270145246_6628365947801436160_n (1).jpg

Tu vises quoi comme objectif pour cette première année?
Cette année, je n’ai pas d’objectif au niveau des positions, mais plus au niveau personnel. Je veux vraiment apprendre des filles. Elles ont beaucoup d’expérience et je veux être capable d’améliorer mes faiblesses et de rouler plus vite.

35701567_10160448206740246_1346247212484526080_n.jpg

Ta piste préférée jusqu’à présent?
J’ai vraiment aimé la Guadeloupe, c’était très diversifié.

Et ton souvenir à oublier jusqu’à présent?
Je n'en ai pas. J’ai la chance de n’avoir subi aucune blessure. Je n'ai eu que des petits problèmes mécaniques, mais ça fait partie de la 'game'.

Qu’est-ce qu’on te souhaite sinon pour le reste de la saison?
Beaucoup de plaisir, pas de blessure et des beaux challenges avec les filles… Et je vais être comblée.

34158145_10160378371080246_1368155213596196864_n.jpg

Tu as un set up de feu avec du 'wrapping' FMSQ magnifique sur ton camion. Si on voulait faire la même chose, tu nous 'plugges' ton contact? 
Oui, bien sûr, j’ai la chance d’être commanditée par Toyota St Eustache avec le prêt d’un beau camion Tundra TRD 2018 pour la saison de course et la compagnie Rich-Art Gauthier l’a personnalisé. D’ailleurs, si vous avez besoin d’un bon camion à la fin de la saison, faites-moi signe (Karine est directrice des services financiers chez Toyota!).

35742220_10160448206735246_3534856963345088512_n.jpg

Un dernier mot pour nos lecteurs?
J’ai aussi la chance de faire partie de l’équipe de course de chez Mathias Marine Sports. Je voudrais les remercier pour leur support, les pièces, le service de livraison aux courses et la visibilité qu’ils nous offrent. Un gros merci aux représentants Christophe Losier et Thomas Grondin d’être là pour nous. Les commanditaires sont vraiment importants pour réussir à faire une belle saison de course. Et merci aussi à la compagnie des lunettes Scott pour l’équipement et à Evo Suspension pour le set up de suspension parfait. Merci aussi à tous ceux qui nous encouragent sur la piste, sur Facebook, la famille et les amis.

35659946_10160448270145246_6628365947801436160_n.jpg