Tamara Jurkiewicz: la bomba des Dames B.:

par Isa More
dans Profils de pilotes

Tamara Jurkiewicz, qui t’a fait connaître le motocross à tes débuts?
C'est mon bon ami Samuel Gosselin qui m’a fait connaître ce sport en 2015. Drôlement, je l’ai regardé rouler tout un été et en septembre, cette année là, j’ai fait un choix impulsif, mais un très bon choix, celui d’aller m’acheter un équipement de motocross complet ainsi qu’une moto, sans même en avoir essayé une seule fois avant! Honnêtement, cela a été ma plus belle grosse dépense spontanée et je suis rapidement tombée en amour avec ce sport.

Puis, par la suite, comment as-tu entendu parler de la FMSQ et de notre série d'endurocross?
Quand j’ai commencé dans ce sport, je ne connaissais presque personne, je suivais seulement certains pilotes sur les réseaux sociaux. Considérant que je suis une fille compétitive de nature, je savais qu'un jour, j’aimerais courser en moto. En 2016, j’ai vu quelques publications sur Facebook à propos de la FMSQ et cela a piqué ma curiosité. J’ai suivi les ''race reports'' et mon intérêt continuait à grandir. Durant cette année-la, j’ai aussi rencontré Frede Forest et nous sommes devenues de bonnes amies. En 2017, je lui avais partagé mon intérêt de participer à la course FMSQ de Franklin et elle a pris le temps de tout m’expliquer: les règles, quoi faire, comment faire un bon depart (ça a marché, j'ai eu le holeshot!). Bref, elle m'a initié à ma toute première course à vie.

46990548_10156111590058719_8601442978344468480_o.jpg

Quelle est la chose la plus difficile qu’une débutante rencontre sur son chemin quand elle décide de traverser tout un championnat FMSQ?
Je crois que c’est important d’arriver sur la ligne de départ avec un but dans la tête (''j’aimerais accomplir quoi aujourd’hui?''), mais aussi de savoir comment penser avec sa tête et faire des choix intelligents. Je suis rentrée dans cette saison avec un petit but, un moyen but et un grand but, mais j’ai aussi appris à travers plusieurs de mes gaffes que c’est très important de vraiment prendre le temps de réfléchir et de penser « smart » avant de faire un ''move'', un dépassement, peu importe. J’ai aussi appris que ça aide toujours d’avoir une personne d’expérience dans les courses qui te conseille hors piste et sur la piste pour te corriger. La critique constructive est importante à mes yeux et a toujours été quelque chose qui m’a aidé à m’améliorer dans tout ce que j’entreprends.

47394682_10156113369068719_4552476995149103104_o.jpg

Comment ont réagi tes parents quand tu as dit que tu t’équipais sérieusement pour compétionner?
J’aime bien cette question (rires). Honnêtement, je crois que mes parents pensaient que c’etait une petite phase qui allait passer (rires). Ils étaient un peu sous le choc quand j’ai tout acheté d’un coup et quand je leur racontais toutes mes bêches lors de ma première année de motocross. Je crois que cette année, je leur ai vraiment prouvé que le motocross est sincèrement devenu une vrai passion pour moi et que j’aimerais continuer dans ce sport au niveau competitif pour très longtemps.

44191137_1952581864820523_1037455075540205568_o.jpg

Quelles similitudes vois-tu entre l’endurocross et la musculation, sport que tu pratiques en parallèle?
J’ai commencé à m’entraîner sérieusement dans un gym en 2016, mais quand j’ai decidé fin 2017 que j’allais faire la saison complète d’endurocross, je me suis mise au travail tout de suite avec mes entraîneurs. En ce moment, je travaille avec deux entraîneurs, dont Kyle L’Espérance depuis mai 2017. Il me crée des programmes de musculation aux quatre semaines qui sont adaptés à mes besoins en moto. Je travaille aussi avec Mathieu Goyer qui s’occupe de mon cardio et de mon conditionnement. Avec le travail des deux ensemble, j’ai été cette année aux courses dans mon meilleur état physique et mental.

48421378_10156166177543719_8951817210532200448_o.jpg

Qu’est-ce que l’un amène de plus à l’autre?
Je crois qu'avoir été athlète pendant plusieurs années dans une variété de sports auparavant m’a apporté un très bon avantage. Ma nervosité de compétition, je l’ai vecue à plusieurs reprises plus jeune, donc maintenant quand j’arrive sur une ligne de départ en moto, je me sens plus confiante que nerveuse. Ma mentalité d’athlète est très forte et je suis toujours prête à affronter des défis, peu importe dans quel contexte. Être un athlete ne consiste pas seulement d’être fort physiquement, mais aussi d’être fort mentalement, donc il est important d’être équilibré dans les deux.

42909314_1963025637336967_1154600467452395520_o.jpg

Comment gères-tu ton transport, ton achat d’équipement et ta mécanique seule?
Ce n’est pas nécessairement facile d’être une fille dans ce sport quand tu t’occupes de tout toute seule. Sachant que je voulais vraiment faire la saison 2018, je me suis acheté un petit Ford Ranger 4X4 et j’ai voyagé tout seule 1 à 2 fois chaque semaine pour me pratiquer ainsi que ppur aller aux courses cet été. Pour certaines courses, j’ai voyagé avec mon ami Derrick Perreault pour économiser sur les frais de voyagement, mais sinon le restant de l’été, j’étais seule avec mon petit pick up à loader et dé-loader mon motocross. Coté achat de pièces, j’ai toujours fait affaire avec mes commanditaires pour avoir les meilleurs prix. Pour la mécanique, je suis chanceuse d’avoir de très bons amis qui m’ont aidée au long de la saison, considérant que je ne connais pas grand chose, à part faire un changement d’huile et laver mon filtre à air (rires). En début de saison, mon ami Samuel m’a donné un coup de main pour mon piston et en mi-saison, mon mécano actuel Thomas Grondin a pris la relève et s’est occupé de ma moto depuis. J’aimerais bien en apprendre plus sur la mécanique, je me dis que ça va venir avec le temps.

44132135_1952581214820588_6629633216556826624_o.jpg

Ce qui est impressionnant chez toi, c’est ton évolution très rapide. Comment tu l’expliques? Par une intelligence kinesthésique forte?
Je crois que je suis quelqu’un qui apprend beaucoup au niveau visuel et kinesthésique. À l’école, cela a toujours été le cas pour moi et je crois que ca s’applique aux sports que je pratique. Souvent, quand je suis à une track, j’observe les autres riders et avant chaque course je visualise dans ma tête ce que j’aimerais faire ainsi que me mettre dans une zone « zen ».

45616140_2211123088918844_1559757703285309440_o.jpg

D’ailleurs, certains commanditaires ont vu tout ton potentiel et se sont engagés malgré ta jeune carrière. Qui aimerais-tu remercier pour leur confiance si rapide?
Effectivement, deux commanditaires m’ont approchée cet été après la troisième course de la saison à Mont-Laurier où j’avais gagné ma troisième première place de suite. Il m’ont rapidemment offert une commandite intéressante et je suis fière de toujours les representer en 2019. J’aimerais donc remercier Mathias Marine Sports et FXR pour leur support incroyable. J’apprécie énormement cette opportunité de vous représenter aux courses de la FMSQ. Merci aussi à mes autres commanditaires de la saison 2018: - Esticky Graphics - RIVALUS -Physiomentum - LaShop Motosport.

Qu’est ce qui coûte le plus cher au début pour commencer?
C’est sûr qu'une moto, ce n’est pas donné. Si tu achètes une vieille moto pour pas trop cher, attends-toi à payer pour beaucoup d’entretien en partant. Lors de ma première année, javais acheté un KX 85 2002 et malgré y avoir mis 600$ en pièces, je l’ai sauté même pas un an plus tard. Si t’achètes une moto plus récente, elle coûtera peut-etre plus chère sur le coup, mais tu auras moins d’entretien tout de suite. C’est certain qu'avoir un équipement de bonne qualité est aussi important. Surtout un ''neckbrace'', ce n’est vraiment pas donné, mais depuis que j’en ai un, je ne roulerai jamais sans. Je me suis sauvée de plusieurs blessures qui auraient pu être graves avec ce protège-cou. Donc oui, s’équiper à grandeur coûte très cher en commençant, mais lorsque tout est acheté, ce n’est pas si pire.

44042000_2731244120434130_269534284727975936_n.jpg

Quel est le meilleur conseil que tu peux donner d’une débutante à une autre débutante?
Prends ton temps et donnes-toi une chance. On commence toutes à quelque part et on apprend avec l’expérience. Garroche-toi pas dans n’importe quoi et prends vraiment le temps d’apprendre les bases. Lorsque tu es stable dans les bases et la technique, le reste va venir avec le temps.

34704854_10155727115198719_4770934171583381504_o.jpg

Quand est-ce que tu as compris que tu avais la piqûre pour toujours?
Je crois que j’ai realisé que j’avais pogné la piqûre pour la moto quand j’ai commencé à bouder ou à me fâcher les jours où j’avais congé et que je voulais aller rouler mais qu'il pleuvait dehors (rires). Je capotais et espérais que la track ouvre malgré la météo. La moto est comme une addiction, lorsque tu ne peux pas en faire, tu capotes un peu.

42926877_1087339358100687_3090166756870717440_o.jpg

Tu as brillé au championnat 2018 chez les Débutantes B. Quel est ton plan pour 2019?
Merci, j’ai tellement eu du fun cette année! Pour l’année 2019, considérant que je raterai mon début de saison à cause de mon échange étudiant au Chile (de février à juillet), je vais commencer le championnat juste à mon retour. Ambitieuse comme je suis, j’ai decidé de m’inscrire dans la catégorie Dame et de me pousser encore plus à m’améliorer. Je vais commencer ma saison avec le TC 125 2015 de Thomas Grondin et ensuite faire mon switch sur mon nouveau TE 150 ou XC-W 150 lorsque les modèles 2020 vont sortir en août 2019. J’ai assez hâte de l’avoir!

44136707_1952582518153791_3505170883834544128_o.jpg

J’ai vu des photos de toi sur ton Facebook en patineuse artistique un peu plus jeune. Mais tu as tout essayé (rires)!!
J’ai commencé le patin à l’âge de 3 ans et j’en ai fait jusqu’à l’âge de 16 ans. J’ai été étudiante dans le programme sport-études pendant mes 5 ans de secondaire et j’ai competionné aux niveaux provincial et national. J’ai patiné en simple et en couple. Je m’entraînais de 1 pm à 5 pm du lundi au vendredi à l’année longue avec des compétitions les fins de semaine. En 2010, j’étais championne provinciale en couple, j’ai fini 2ième au Canada et j’ai participé aux Jeux du Canada en 2011. Je suis aujourd’hui coach certifiée Patinage Canada et je coache de 8 à 10 heures toutes les semaines avec tous les âges. Sinon, j’ai fait de la gymnastique récréative pendant 10 ans, 7 ans de natation, 1 an de danse, 1 an de cheerleading et 1 an de tumbling. Je fais aussi du ski et du snow l’hiver et je suis plongeuse sous-marine certifiée PADI avec mon père.

20245345_1748995931781482_4527832888993614164_n.jpg

Ton nom -qu’on a du mal à prononcer sans un petit cours de ta part-, c’est polonais, n’est-ce-pas? L’esprit polonais, est-ce une force de caractère et l’aspiration à la liberté?
Oui, c’est polonais (rires). Malgré que cela soit ecrit « Jurkiewicz », je dis aux gens que cela se prononce «Yur-kie-witz ». Effectivement, je suis libre d’esprit et la simplicité m’amène beaucoup dans la vie de tous les jours.

34386839_1969190456445443_6628458860828950528_n.jpg

Tu pars donc au Chili et tu vas rater ton début de saison dans ta nouvelle catégorie. Comment comptes-tu rattraper ton retard au niveau entraînement? Auras-tu un moyen de trouver un vieux motocross là-bas (rires) pour faire un peu de temps sur les « pegs ».
C’est certain que la minute où j’atteris au Chile, je me trouve un gym et je m’inscris. Je veux revenir prête pour ma saison et je vais demander à mon entraîneur de me préparer des programmes pour mon temps à l’exterieur du pays. Drôlement, j’ai déja trouvé une track de motocross à environ 1h de voiture de Santiago où je vais rester, donc j’aimerais possiblement me planifier un petit voyage là-bas. On ne sait jamais, peut-etre que je pourrais me pratiquer au moins une fois pour ne pas perdre la touche.

34393402_10155726842323719_192432762702004224_o.jpg

La plus belle chose que t’amène l’expérience FMSQ?
Toutes les personnes qui ont été mises sur mon chemin grâce aux courses de la FMSQ. J’ai tellement rencontré de gens formidables qui resteront dans ma vie pour longtemps (j’espère!) et cette experience en général m'a permise de grandir non seulement comme athlète, mais personnellement aussi.

43631688_10161189207870107_723513620700332032_o.jpg

Merci Tam ''Yur-Kie-Witz''!