William Fréchette-Girard chez les junior

par Isa More
dans Profils de pilotes

Avec William Fréchette-Girard, c'est toujours un sourire et une gentillesse. Il représente bien l'éthique et le professionnalisme de la famille Girard. Une petite entrevue aujourd'hui pour mieux connaître son petit monde et lui-même:

William Fréchette-Girard, quelle sera ta moto pour la saison 2019? 
En 2018, je suis revenu à l’orange de KTM. Pour être honnête, j’ai toujours eu du KTM, sauf un petit flirt d’ado que j’ai eu avec le bleu (rires). Je vais donc rouler avec ma KTM 250xcf 2018 cette année.

384976_455847657806341_368219096_n.jpg

Pascal Péloquin est une personne importante dans ta communauté et il a une énergie très positive pour notre sport. Comment on pourrait le convaincre de venir faire de l’endurocross avec nous en 2019 (rires)?
Pascal a donné et donne encore beaucoup à notre sport. En plus d’avoir son équipe de course JPS en MX, il est impliqué depuis le début dans le programme motocross qui se donnait initialement au Juvénat Saint-Louis-Marie (à St-Guillaume) et maintenant au Collège Saint-Bernard (à Drummondville). Je me souviens qu’il a déjà essayé un endurocross, mais pour lui, ce n’était pas le même feeling... Pascal est un gars de MX. Je vais tout de même lui lancer l’invitation en lui rappelant les beaux côtés de l’endurocross.

43408813_1936349583089467_576022386466357248_o.jpg

Au fait, pourquoi le #277?
J’ai ce numéro depuis que j’ai 5 ans!!! Probablement que je le trouvais nice (rires)!

16831945_1307648409292924_8676465751908792443_n.jpg

On a fait récemment une entrevue sur le programme motocross au Collège Saint-Bernard, que ton père Martin Girard a mis sur pied et que tu as suivi avec succès. Tu nous en parles d’un point de vue ''d'étudiant''?
Pour moi, ça m’a permis de passer au travers de mon secondaire beaucoup plus facilement. C’est la moto qui me poussait à mettre les efforts en classe. Pensez-y, aller à l’école et y faire de la moto, avoir autour de nous des élèves qui partagent la même passion que nous… C’est fou, non?

14358971_10154610204069850_3388509337821127160_n.jpg

Ton père était-il plus dur avec toi à l’école pour qu’on ne croit pas au “favoritisme” comme dans les films (rires)?
Non, mon père était pareil avec moi qu'avec les autres. Je dois avouer que mon père est la personne la plus intègre que je connaisse (je l’ai eu comme enseignant, comme directeur et comme entraîneur).

Tu roules à la FMSQ depuis combien de temps et quel bien en retires-tu?
Je roule depuis 15 ans (rires)! Je sais que ça fait longtemps et que c’est presque improbable, mais je course à la FMSQ depuis l'âge de mes 5 ans. C’est mon père qui m’y a initié. Je le remercie grandement car courser à la FMSQ pousse mes limites mentales et physiques et me permet de créer de beaux liens d’amitié, parfois certains un peu bizarres (comme Fred Blouin) mais je le suis un peu aussi (rires)!

20992946_1588121201231845_5845978163396331711_n (1).jpg

Giroux, Milot, Willard, trio junior infernal de 2018, que penses-tu de ces trois pilotes?
Je les trouve très bons car ce n’était pas facile cette année avec la compétition que nous avions en junior. Je n'ai réussi qu'une seule fois à me maintenir dans le top trois durant une course et c’était à Casselman. J’avais tout donné. Premier dans les premiers tours, deuxième dans l’avant-dernier tour où j’ai du abandonner car mon corps m’avait laissé tombé. Bravo les gars!

39614199_1061107857390504_8662929068729040896_o.jpg

Tu es de ces pilotes qui sont discrets et qui ne font ni vague ni drama. Tu t'en sors quand même en sauvant l'honneur (rires) avec un résultat de 17/39 pour 2018. As-tu vraiment atteint ton objectif la saison dernière?
Non, je ne suis vraiment pas fier de ma saison 2018 car je me suis concentré sur mon travail de charpentier et j’ai délaissé l'entraînement, ce qui m’a coûté cher dans les positions. De plus, j’ai du aller faire deux courses en sportsman pour me remettre dedans, mais la saison prochaine, je devrais être un peu plus présent au classement.

43713002_1984945618260814_6899117323181883392_n (1).jpg

Ta copine, Alexia Ross, a beaucoup de talent. Sa plus grande qualité d’athlète selon toi?
Effectivement, Alexia a beaucoup de talent en motocross et elle m’impressionne vraiment car elle a commencé à faire des courses il y a seulement 6 ans et elle s’améliore toujours. Elle m’impressionne tellement qu’à notre première date, nous sommes allés faire de la moto ensemble et je me suis cassé la clavicule (rires!). Sa plus grande qualité d’athlète, mmmh, c'est dur à dire car elle en a plusieurs, mais selon moi, c’est son entêtement et sa détermination (essentiels en endurocross!) qui lui permettent de repousser ses limites.

21768678_1539356459444269_6641305123255804230_o.jpg

Son frère, Jérémy Ross, se démarque également dans sa catégorie. Il aura une belle carrière. Qu’en penses-tu?
Jérémy est un coureur qui se démarque des autres. On dirait qu’il est né sur une moto. S’il s'entraîne dur, mon père me dit qu’il va se mettre sur son cas (rires) et si il travaille sur son stress, la saison 2019 en junior sera prometteuse pour lui.

42821312_2206752779601017_2353558614108536832_o.jpg

Frédéric Blouin, Jessy Vallières sont-il pour toi comme des mentors, au-delà de votre amitié?
Oui, effectivement, Jessy est un mentor qui m’a apporté beaucoup au niveau de ma technique et Frédéric est plus du style mentor fou (rires). Il me pousse à risquer et à foncer (Fredéric Blouin en photo ici).

17310332_734369480064859_6159862488816380792_o.jpg

Ton rêve le plus fou?
Mon rêve le plus fou serait d’être encore aux courses dans 10 ans avec ma future famille et y initier mes enfants.

Tu t’entraîne où la plupart du temps?
Je m’entraîne à la piste du programme motocross du Collège Saint-Bernard. On y retrouve une piste mx et une piste d’endurocross.

Merci Will!