Série Dame quadiste: Josée Messier

par Isa More
dans Profils de pilotes

Rencontrons aujourd'hui Josée Messier, l'une des pilotes quadistes qui a décidé de faire revivre avec ses copines la catégorie des dames avec simplicité et passion: 

Vivre dans les Cantons de l'Est quand on est quadiste, c'est comment?
Je suis chanceuse, on possède un grand terrain, donc on s’est fait une 'track' dans le bois et on a un 'pit' de sable tout près pour se pratiquer. Sinon, c’est rendu difficile car on ne peut plus se promener comme avant…

Tu es une fille joyeuse et optimiste, même après une mauvaise course?
En général, oui. Il y a peut-être une course où j’ai eu des problèmes mécaniques et que j'ai dû terminer en première vitesse… Autant te dire que mon chum l’a su (rires)! Sinon, mon but premier est de m’amuser, donc c’est ce que je fais!

Quelle mouche t'a piquée pour commencer un championnat FMSQ entier cette année (rires)?
J’ai fait la gaffe d’essayer une course (la première course de Mansonville) et je suis restée accro! La gang est super le fun et je course avec une bonne amie, Caroline Paradis. On s’amuse mais surtout, ça met la 'switch à off', comme on dit !

45722950_2211122058918947_6967126270593204224_o.jpg

Tu fais partie du célèbre 'Team Polak', nos promoteurs de la course de Mansonville. C'est un gros clan passionné et inspirant. Comment vous êtes-vous tous rencontrés et avez décidé d'unir vos efforts pour devenir des promoteurs pour la FMSQ?
Team Polak ne serait pas là sans Mike Mierzwinski #450. C’est lui le ‘’Polak’’ (rires). Mon chum et lui sont cousins donc 'Team Polak', c’est notre famille: frères, sœurs, cousins et même nos amis, tous on a la même passion pour la course. Je me rappelle que Mike nous avait invité à Tring Jonction pour le voir courser… Mon chum ne tenait plus en place! L’année suivante, il avait acheté un quatre roues pour notre fille et un pour lui. Depuis, on suit la FMSQ! Je crois que ce qui nous a décidé à devenir promoteurs est surtout le fait qu’on perd de plus en plus de courses près de chez nous. On a perdu Granby, Victoriaville et maintenant Franklin… On est des familles d’excavateurs, donc on a peut-être un avantage sur d’autres pour promouvoir… Et j’avoue que ça fait du bien à notre petit village d’attirer un autre genre de clientèle. On est heureux de vous faire découvrir notre beau coin de pays!

45387119_10156826514009494_6873466154992533504_n.jpg

Raconte-nous tous les obstacles que vous avez eu pour organiser votre course cette année?
On a dû repartir à zéro! Nouveau terrrain, nouveau permis. Nous nous sommes associés avec les frères Cherrier pour s’assurer un terrain à long terme. On a donc marché le terrain, tracé les trajets, commencé à bûcher et tout préparé pour être prêts à temps. Une chance, cette fois-ci, on a eu le conseil municipal qui nous a appuyé. Malheureusement, la température ne nous a pas aidé (il faisait +42 degrés celsius, une vraie canicule), mais grâce à tous nos bénévoles, aux premiers répondants et aux pompiers volontaires de la municipalité, nous sommes passé au travers (en arrosant les pilotes à chaque tour pour éviter les coups de chaleur par exemple). En espérant que, cette année, mère nature sera plus clémente avec nous!  (L'expression ''J'ai survécu à Mansonville'' est devenu une bonne blague à la FMSQ!).

45655356_10156836729974494_3389781673984917504_o.jpg

Les événements de la FMSQ donnent de la vie et un souffle économique aux commerçants de petits villages avoisinants au site, connais-tu cet impact en chiffres?
C’est environ 20 000$ en retombées économiques directes. Au dessus de 1000 visiteurs en une seule fin de semaine, les commerçants nous ont confiés que c’est l’événement le plus lucratif pour eux de l'année.

36596395_10156524155204494_5451860769182318592_o.jpg

Parfois, les gens préfèrent n'y voir que pollution et bruit. Que dis-tu aux détracteurs des événements sportifs comme les nôtres?
Je crois qu’il y a beaucoup de désinformation au sujet des sports motorisés. Il y en a beaucoup qui croient que c’est juste une gang qui veulent faire le party et ''battre'' des machines. Je leur dis : Venez voir juste une journée avant de critiquer. Vous verrez que c’est tellement plus que ça! C’est un événement familial qui inclue tout le monde. Il y a des catégories pour tous : les enfants, les ados, les gars à la recherche d’adrénaline et même les femmes!37255329_10156554948404494_1501652976228368384_n.jpg

Tu vas à la chasse, c'est fou quand même! Comment tu trouves-ça?
J’adore! C’est un moment pour décompresser. Quand je suis dans le bois, il n’y a que la nature et moi. C’est important pour moi de connaître la provenance de la nourriture que je cuisine et c’est toute une fierté quand c’est en plus un beau trophée!

45691321_10156787866910477_7149050940539011072_n.jpg

Ton verre de vin après une journée de courses, ça vaut combien sur une échelle de satisfaction sur 10 (rires)?
Au moins 20 (rires)!

42791037_10156687213510477_8292296906030186496_n.jpg

Toi aussi, comme Caroline Paradis, tu as toute ta famille qui course avec toi. Présentes-nous tout ton petit monde et dans quelles catégories on peut les retrouver?
Il y a mon fils Charles Ethier #457 qui course en Pee Wee B. Ma fille Frédérique Ethier #458, elle course en Pee Wee A. Et mon chum Simon Ethier#459, il est dans la catégorie C.

50012394_10156946305275477_7510383124652490752_n.jpg

Comment vous vous organisez entre vous pour les machines, les inscriptions, les contrôles techniques, les départs, les arrivées, les repas (rires)?
Le plus compliqué, c’est de transporter tous les quatres roues et les motocross, on y va souvent à trois véhicules. Mike et Simon trainent les roulottes avec les enfants et les mamans (Jennifer Mierzwinski et moi), on apporte le trailer rempli de bikes!! On doit souvent partir tôt le vendredi pour arriver sur le site avant la noirceur. Le samedi matin, je fais à déjeuner pendant que mon chum s’occupe de l’inscription. Ensuite, go go, c'est le contrôle technique avant le début de la course Pee Wee B. Ensuite, c’est le tour de ma fille et moi. À la fin de notre course, on assiste à la remise des médailles, juste avant le départ de mon chum! À la fin de l’après-midi, après que tout le monde ait coursé, même les jeunes en motocross, on se prend un petit verre bien mérité et on se fait souvent un bon souper de gang à la 'Team Polak'!

33063567_10156370622195477_8490398926778662912_n.jpg

Comment tu évalues l'impact positif de ces fins de semaine sur votre lien de famille?
C’est une expérience incroyable pour toute la famille. Ça resserre les liens et ça nous permet de voyager un peu partout au Québec. Je trouve que c’est vraiment une belle école de la vie!

45732287_2211123235585496_8020371754742448128_o.jpg

Overall, as-tu été contente de ta saison? Tu as ramassé combien de plaques?
Oui c’est sûr, il y a encore place à l’amélioration, mais tant que je m’amuse, c’est ça qui compte. J’ai gagné une troisième place une fois et trois fois la quatrième.

Tu les accroches au mur, avec tes têtes de bambis (rires)?
Non pas encore, mais je les garde précieusement!

Question féministe (rires): as-tu fait des meilleures positions que ton chum?
Oui (rires)!

45713030_2211112818919871_4780271460549656576_o (1).jpg

Quel est ton objectif pour la saison 2019?
Avant tout, de continuer à m’amuser!! Et c’est sûr qu’une meilleure position à la fin du championnat serait très appréciée (rires)! 

Merci Josée!