Mélissa Meilleur: le grand saut chez les femmes expertes.

par Isa More
dans Profils de pilotes

Mélissa Meilleur prépare actuellement la première ronde de notre championnat national de cross-country avec son chum Dominic Ouimet, promoteur de la piste de Mont-Laurier. On en a profité pour lui poser quelques questions sur son grand saut chez les femmes expertes cette saison-ci.

Mélissa Meilleur, tu piloteras avec les femmes pros cette année, c'est un peu la consécration de beaucoup d'efforts! As-tu hâte?
​C'est certain que j'ai hâte! Par contre, j'avoue que j'ai un peu de difficulté à me considérer comme une femme ''pro''. J'ai l'impression que les échelons vont beaucoup trop vite à mon goût ! Ce sera définitivement un beau défi de me challenger aux meilleures enduristes du Québec.

47683412_10161093766735175_3297019056225255424_o.jpg

As-tu contacté une femme pro pour lui demander des conseils ou suivras-tu ton instinct?
​Je suis plutôt de type instinctif. J'ai tout de même la chance d'avoir à mes côtés un homme rempli de bagage et d'expérience qui saura m'aider dans cette nouvelle aventure. Par contre, les conseils de chacune de mes coéquipières seront les bienvenus. C'est la meilleure façon d'apprendre et de s'améliorer.

48051520_10161093773110175_1252562847498502144_o.jpg

À ton avis, qu'est-ce qui sera le plus difficile comme adaptation?
​Je crois que l'adaptation la plus difficile sera de partir sur la première ligne. La saison dernière en Dame Inter, nous partions dans les dernières. C'était donc moi qui devais dépasser la moitié du peloton tout au long de la course. Cette année, c'est plutôt la moitié du peloton qui va me dépasser!!! Ça fait beaucoup de trafic à gérer.

47576946_10161093763780175_5850251447249141760_o.jpg

Et comment essaies-tu de t'y préparer comme il faut?
​Je me dis toujours qu'au moment où le drapeau lève... ça ira comme ça ira ! J'essaie de faire mon possible à chacune des courses, même si ça ne va pas toujours comme je le voudrais. L'important, c'est de me dire que j'ai donné le meilleur de ce que je pouvais donner à chacune des courses.

37328744_1022663921234898_297025962367778816_o.jpg

Comme je disais plus haut, ton chum Dominic Ouimet est promoteur de la course de Mont-Laurier, est-ce que cela facilite ta pratique (rires)?
C'est certain que d'avoir accès à une piste à moins de dix minutes de la maison, c'est beaucoup plus facile pour les pratiques. Le terrain à Mont-Laurier offre une belle diversité pour améliorer ses techniques. Un coup que tu as apprivoisé les cailloux et les pits de sable de Mont-Laurier, tu es prêt à t'attaquer à n'importe quel type de terrain !

22050092_1282558375189941_450673711606440900_n.jpg

Tu roules combien d'heures par semaine pour t'améliorer?
​Je ne pourrais compter les heures exactes, mais j'essaie d'en faire le plus possible. Je pars toujours rouler avec mes partners Dominic et Alexys. La semaine entre le travail, les devoirs, les activités et le train train quotidien, on se trouve toujours une petite soirée de lousse pour aller pratiquer. Puis, les week-ends, c'est certain qu'on nous retrouve sur une piste quelque part au Québec.

48324006_10161093773115175_1833266636648349696_o_1.jpg

Tu rouleras avec Team Mathias Racing Sports cette année, avec une nouvelle machine de guerre (rires) ou pas?
Effectivement, ils ont eu la générosité de m'accueillir parmi leur équipe encore cette saison. Par contre, je continue de rouler sur ma 200 XC-W encore pour cette saison.

20901622_10213943712970670_1769463945690456048_o.jpg

Décris-nous la conduite de ton 200 XC-W?
C'est un vrai petit tracteur ! Le parfait équilibre entre la traction et le swing.

60593328_10161666052325175_5303870459748548608_n.jpg

Combien de temps ça t'a pris pour t'adapter à ce genre de moto?
Le plus difficile à s'adapter pour moi avec cette moto c'est son poids ! Elle est assez lourde, donc lorsque je m'enlise dans la boue ou que je reste prise dans un trou, j'ai beaucoup de difficulté à me sortir de là toute seule ! En plus, ça prend une bonne forme physique au niveau de la conduite pour être en mesure de la manier comme je le veux. Chose qui me reste encore à améliorer!!!

15235907_10157756361415175_8345916981185662951_o.jpg

Quelle autre femme pro t'inspire vraiment à la FMSQ?
Je lève mon chapeau à chacune d'entre elles qui a mis les efforts pour se rendre jusqu'à là ! Je crois que l'ensemble des femmes pros dans la série est un beau modèle par leur implication et leur générosité. Il y a une belle camaraderie et un bel esprit sportif parmi elles. Ce sera un plaisir de les cotoyer cette saison !

Es-tu du genre prête d'avance ou en train de coller ton kit déco la nuit d'avant la première course?
Je crois avoir un bon équilibre entre les deux. Je ne suis pas prête une semaine d'avance avant les courses, mais je fais en sorte de ne pas avoir à toucher à ma moto les week-end de courses.

60390880_10161673413735175_5609099362975088640_o.jpg

À quel âge as-tu commencé à piloter une moto?
J'ai débuté la moto il y a peine 5 ans à l'âge de 24 ans. Je débute donc ma 5e saison à la FMSQ, après avoir traversé les catégories Dame débutante A en 2015, Dame en 2016 et les deux dernières saisons 2017-2018 Dame Inter.

37331037_1022665704568053_922548937842229248_o.jpg

Qui t'a amené à une course d'endurocross la première fois?
​L'endurocross, comme la plupart d'entre nous, est pour moi une histoire de famille ! Mon frère et mon père avaient fait quelques courses et je dois avouer que l'envie de m'y joindre me titillais pas mal. J'ai donc effectué une première course dans le festi-bouette de Victoriaville avec à peine une dizaine d'heures de moto dans le corps. Pas besoin de vous dire que ce fut une catastrophe!!!! Mais le goût de la compétition et l'ambiance des courses m'ont vite donné le goût de continuer.

47684580_10161093763785175_8435251593942663168_o.jpg

La meilleure anecdote de ta carrière de pilote?
Être restée plus d'une heure sur le top de la montagne de Mansonville pendant la course de l'an passé à jaser avec mon père, car ni l'un ni l'autre n'avaient l'énergie suffisante pour continuer de rouler!

Et la pire (rires)?
Être restée plus d'une heure sur le top de la montagne à Ming à l'enduro de L'Ascension l'été dernier. Après une heure à attendre que quelqu'un passe pour m'aider à sortir de là, je me suis résignée à rebrousser chemin et redescendre au point de départ! Bref, je crois que j'ai un peu de misère avec les top de montagnes!

20745946_10213660208758033_9150149136806208891_o.jpg

Merci Mélissa pour ta générosité, un dernier petit mot?
Un merci à mes commanditaires de s'impliquer avec moi cette saison-ci : Motovan Corporation, Mathias Sport, Jean Lapointe CPA inc et Construction PPL Bouffard inc. Et un énorme merci à ma famille et toute la Family Rider de continuer de m'encourager à chaque saison !