Véronique Vanier revient sur sa première saison chez les expertes:

par Isa More
dans Profils de pilotes

Nous avons invité Véronique Vanier/KTM/Picotte Motosport/Md distributions/Nrtec Suspensions, une recrue chez les expertes, à faire un retour sur sa saison FMSQ 2021:

1) Véronique Vanier, ça y’est, tu as terminé ta première saison chez les pros, félicitations! Qu’est-ce qui te faisait peur avant de commencer et qui n’a été pas si pire finalement et au contraire, qu’est ce qui a été le plus grand défi auquel tu t’attendais le moins?
Ce qui me faisait le plus peur avant de commencer et qui n’a pas été si pire finalement, c’est mon intégration avec les dames expertes. J’avais peur de ne pas faire partie du calibre et de rouler loin derrière les autres. Finalement, j’ai réussi à rouler avec les filles à plusieurs courses et à faire ma place avec celles-ci. Par contre, mon plus grand défi de cette saison a été de me mettre en forme et d'avoir une certaine discipline. Je savais que si je voulais suivre les filles, il fallait que je pratique souvent et que je m’entraîne.

VERO10.jpg

2) Tu as fini une fois deux fois dans le top 5 ce qui est fantastique pour une rookie, est-ce que ça donne une poussée de confiance pour la course suivante?
Oui! J’ai terminé deux fois dans le top 5 cette année avec une quatrième position au Parc Radam et une cinquième position à la dernière ronde à Chainéland. Premièrement, quand j’ai terminé quatrième au Parc Radam, ça a été toute une course avec les autres filles! À cette course, j’ai su rester motivée tout le long et je n'ai pas lâché jusqu’à la dernière seconde. C’est à partir de cette course que j’ai commencé à prendre confiance en moi et que j’ai su que j’étais capable quand je le voulais vraiment. Effectivement, après cette course, j’ai eu un boost de confiance pour la prochaine course et ça a payé aussi. J’ai terminé en cinquième position pour ma dernière course avec des très belles batailles avec Marika Hamel. C’est la course dans laquelle j’ai eu le plus de plaisir.

VERO4.jpg

3) Pour les nouvelles expertes de la prochaine saison 2022, quels seraient tes conseils pour faciliter leur transition?
Le conseil que je donnerais aux futures dames expertes serait que rendues dans cette catégorie, il est très important d’avoir une bonne préparation physique. C’est bien de passer plusieurs heures à pratiquer sur la moto par semaine, mais l’entrainement physique est tout aussi important.

4) Quel sera ton entraînement à toi pour être ''ready to race'' dès le début de la saison 2022?
J’ai décidé tout récemment de me prendre un coach pour réussir à atteindre mes objectifs pour la saison 2022. Cet hiver, je serai coachée par l’équipe de HL performance. Je vais mettre beaucoup d’efforts sur ma préparation physique justement pendant l’hiver pour être super prête pour le début de la saison.

5) Dans tes connaissances, qui est ton meilleur guide et agent motivateur pour ton développement de pilote?
Si je suis rendue ou j’en suis aujourd’hui, c’est grâce à Antoine Brodeur et à mon père. Je ne remercierais jamais assez Antoine pour tout ce qu’il a fait pour moi. À chaque fois que nous allons pratiquer ensemble, il va passer plus de temps à essayer de corriger ma technique que de pratiquer pour lui-même. Et pour mon père, c’est lui qui est capable de toujours utiliser les bons mots et de me garder motivée. Même si une course va moins bien, il va réussir à trouver les points positifs et me donner confiance pour la prochaine course.

VERO2.jpg

6) Quelles sont les pilotes féminines qui t’inspirent le plus à la FMSQ?
Celles qui m’inspirent le plus sont Marika Hamel et Marie-Ève Langlois. J’admire à quel point elles ont des belles attitude et énergie aux courses. Elles sont toujours positives, peu importe ce qui arrive pendant leur course. De plus, je les trouve inspirantes aussi en dehors des courses, car elles savent se garder en forme malgré la conciliation travail/famille/courses.

MARIKA_ET_MARIEEVE.jpg

7) Prends-tu une grosse pause après la saison pour relâcher ton physique et ton moral?
Quand la saison se termine, je ne prends pas de break. J’essaie de rouler le plus possible, jusqu’à temps que la température ne le permette plus et je continue à m’entrainer.

VERO5.jpg

8)  Fais-tu d’autres sports pendant l’hiver? 
Oui, durant l’hiver, j’échange ma moto pour mon skidoo de hors-piste. Avec ma famille, on fait plusieurs voyages de skidoo, comme aller aux Monts Chic chocs et au Mont Valin. Je pratique ce sport depuis que je suis très jeune à cause de mon père.

9) Raconte-nous un peu ton histoire personnelle avec le cross-country… Dans quelle catégorie as-tu commencé?
C’est Antoine (Brodeur) qui m’a fait connaître la FMSQ et c’est aussi grâce à lui que j’ai commencé à courser. Je me suis acheté mon premier YZ125 2005 et j’ai fait ma première saison durant l’été 2017. J’ai commencé dans la catégorie dame débutante A et j’ai terminé deuxième à mon premier championnat à vie. Et c’est depuis cette saison, que je n’ai jamais arrêté la moto et les courses FMSQ.

VERO6.jpg

10) J'ai vu sur tes réseaux sociaux que tu étudies aux études en techniques policières?
Oui! Je termine ma technique en mai au collège Ellis à Drummondville. J’adore dans quoi j’étudie et j’ai très hâte de commencer dans ce métier. Ce qui me rend un peu triste, c’est que l’horaire dans la police n’est pas fixe. Tu travailles de jour, de soir, de nuit et la fin de semaine, donc je ne pourrais plus faire toutes les courses FMSQ quand je serais dans la police! Mais bon, j’en profiterai le plus possible d'ici là!

11) On te laisse la parole pour la dernière! Tu as certainement des remerciements à faire car c'est toujours une histoire d'équipe!
J’aimerais remercier mes parents pour tout le support qu’ils m’apportent. Mon copain, Antoine Brodeur pour tout le temps qu’il passe avec moi en moto. Un gros merci aussi à mes commanditaires qui croient en moi: Picotte Motosport, Md distributions, FXR, Nrtec Suspensions, GM paillé, Sinto Expert en Lubrification et VSA Électrique.

 Merci Véro!

 

**Crédit photos: 100 limites photographie (Véro en courses) & famille Vanier (autres).