Yann Gauvin: prêt à défendre son titre en 2023!

par Isa More
dans Profils de pilotes

Yann Gauvin, encore bravo pour ton championnat en Ebike de la dernière saison FMSQ 2022. Chaque année, les boys de ta catégorie essaient de te rattraper, mais en vain... La façon dont tu gères ta course et dont tu distribues tes efforts démontrent ta grande expérience. Comment tu expliques tes deux victoires sur deux années consécutives?
Merci! C’est une combinaison de plusieurs facteurs. L’expérience, bien sûr, ça fait au-dessus de 15 ans que je fais de la course de vélo. Mon background de vélo de descente, de BMX et de motocross, jumelé à une bonne forme physique sont des facteurs importants. C’est une bonne base pour performer en Ebike. Sans oublier mes vélos qui sont parmi les plus performants du marché, c’est à ne pas négliger.

YANN9.jpg

Tu fais quoi de beau l'hiver pour ne pas perdre la forme? 
Je fais du ski de fond, du fat bike, du patin et du snowbike.

Tu travailles chez Giant Canada, un de nos généreux commanditaires. Quel est ton mandat pour le Québec?
Je suis directeur des ventes pour le territoire québécois.

YANN7.jpg

Giant t'a fourni vers la mi saison un Ebike à la fine pointe de la technologie dans l'industrie du Ebike. Décris-le-nous et vantes-nous ses capacités:
Oui, une méchante machine! C’est le Giant Trance X E+ Limited 2023. Il y en a seulement 501 de produis dans le monde. Il est tout en carbone, incluant le guidon et les roues, avec les suspensions FOX Live Valve gérées électroniquement. En gros, les suspensions détectent le terrain en temps réel à l’aide de sensors et se ramollissent ou se raffermissent en fonction des impacts. Le vélo est aussi équipé du moteur Giant Syncrdrive Pro 2, fait par Yamaha, un des plus puissants sur le marché. Son peak de puissance est à 800 Watt et son torque est de 85 NM. Côté batterie, il s’agit d’une EnergyPak, faite par Panasonic. Elle a une capacité de 800 Watt/heure, ce qui me permet de longues sorties. Pour ce format de Ebike, il est un des plus légers du marché, juste au dessus de 50 livres. Bref, ce n’est pas pour rien qu’il vaut pratiquement plus cher qu’une moto!

YANN0.jpg

Tu roules aussi en Inter en moto depuis 2022. Comment s'est passée ta saison et quels sont tes objectifs pour la saison 2023?
Oui, j'ai fait ma première saison en Inter, après avoir fait mes débuts en Sportsman lors des deux saisons précédentes. La saison a très bien été, ça m’a pris 2-3 courses avant de gérer correctement la nouvelle durée de 2 heures 30 de course. J’ai été assez constant dans mon pace, course après course, et ça m’a permis de finir troisième au championnat. Pour 2023, j’aimerais accumuler de la vitesse et être capable de rouler à une intensité plus forte. C’est ok de rouler intensément pendant 30 minutes, mais c’est autre chose de rouler intensément pendant 2 heures 30 pour compétitionner avec les top Inter et les Experts.

YANN8.jpg

Est-ce que ta préparation pour ton championnat e-bikes est la même que pour ton championnat de moto?
C’est assez complémentaire, à chaque sortie de vélo ou de moto, je sais que l'une aide l’autre.

Qu'est-ce qui est très semblable entre les deux disciplines et qu'est-ce qui est très différent?
La lecture des lignes et le flow dans le bois sont très semblables. C’est sûr qu’en moto, il y a plus de potentiel de vitesse, mais au final les arbres passent aussi proches. La plus grande différence entre les deux, dans le cadre des courses FMSQ, c’est l’effort physique. Le Ebike c’est 40min, la moto c'est 2 heures 30. Je suis 10x plus brulé après la course de moto. En fait, si c’était l’inverse, la moto le samedi et Ebike le dimanche, je ne pourrais sûrement pas faire les deux.

Pour ceux qui voudraient se lancer dans le championnat Ebike, mais qui n'osent pas encore essayer, aurais-tu des conseils?
Oui, pour ceux qui ont un Ebike mais qui n’ont jamais vraiment roulé en vrai vélo de montagne, allez dans des centres de MTB, il y en a partout au Québec. Et vous aurez certainement la piqûre.

Pour ceux qui se sont lancés, et veulent améliorer leurs performances, aurais-tu aussi des recommandations?
Bien gérer ses vitesses (gear) afin de maximiser sa cadence et la puissance du moteur est très important. Sinon, tu forces dans le vide. Faire quelques sorties d’intensité avant la course va aussi aider à moins souffrir durant cette dernière. Finalement, c’est de travailler le cardio, il n’y a pas de secret. Et ça va aider pour la moto aussi.

Tu nous a aussi surpris en pit bikes à Victoriaville (rires). Est-ce une discipline que tu pratiques souvent?
Haha, c’était malade cette course-là! Un pit bike, c’est un pit bike… Ça sert dix fois par année, mais crime que c’est le fun, haha!

Quel autre pilote admires-tu au sein de notre association et pour quelles raisons?
Les Experts sont tous incroyables, mais je dirais Jake Michaud, il double et triple partout, un vrai ninja!

Vis-tu ça aussi pendant une course le ''second souffle''?
Oui, certainement! Dans mon cas, c’est environ après 15-20 minutes de course en vélo.

YANN5.jpg

Comment conditionnes-tu ton mental pour ne pas craquer devant la difficulté pendant une course?
Faut pas lâcher, même si ça fait mal haha. Rester dans le flow de la track est très important durant une course pour moi, et ça me permet de récupérer avant de réattaquer une autre section.

Comment partages-tu ton ratio d'entraînement entre moto et vélo?
Ça dépend des semaines, des courses, du travail… Je ne suis pas très assidu là-dessus. J’y vais en fonction des opportunités de rides.

As-tu des projets pour 2023?
Les évènements vélos/travail reprennent solides en 2023 donc ça va être un calendrier bien rempli. J’aimerais faire assez de courses FMSQ pour avoir un cumulatif championnat moto Inter et Ebike, mais ça va dépendre des obligations de job.

Tes commanditaires?
Giant Bicycles et Kova Production.

À la saison prochaine, merci Yann!

 

**Crédit photos: Isa More, Le 8/JP Cloutier, merci!